Accueil        Séances plénières         Tables des matières         Biographies         Livres numérisés     Bibliographie et liens      Note d’intention

 

DSCN0963LEHON Charles (1792-1868)

 

 

 

 

 

 

LEHON Charles, né en 1792 à Tournai, décédé en 1868 à Paris

Age en 1830 : 38 ans

Congressiste (1830-1831, Tournai)

Libéral. Elu par l’arrondissement de Tournai de 1831 à 1833 et de 1846 à 1856

 

 

Biographie

Interventions sessions : 1830-1831 (Congrès national), 1831-1832, 1832-1833, 1846-1847, 1847-1848 (1848-1856)

 

 

BIOGRAPHIE

 

(Extrait de la Biographie nationale de Belgique, par Th. Juste, t. XI, 1890, col. 715-717)

LEHON (Charles-Amé-Joseph), homme politique, né à Tournai, le 10 janvier 1792, mort à Paris, le 30 avril 1868.

Il fit ses études en France, d’abord au prytanée de Saint-Cyr, près de Versailles, puis au lycée Napoléon ; il les compléta en suivant à Paris les cours de l'école de droit. Il avait vingt-deux ans lorsque, le 25 juin 1814, il fut nommé adjoint du maire de Tournai. En 1817, il était membre du conseil de régence et échevin, et il fut maintenu dans ces fonctions municipales jusqu'en 1830. Depuis 1818, il était aussi membre des Etats de la province de Hainaut pour l'ordre des villes ; il continua de faire partie de cette assemblée jusqu'à son admission à la seconde chambre des Etats généraux, où il entra en 1824. Réélu en 1826 et 1829, il conserva son mandat jusqu'en 1830. Neuf années plus tard il écrivait : « Je n'ai pas cessé de lutter aux Etats généraux dans les rangs de l'opposition belge, et je me suis quelquefois placé à sa tête. » Après avoir assisté à la session extraordinaire qui se tint à La Haye, au mois de septembre 1830, Lehon fut nommé, le 28 octobre, bourgmestre de la ville de Tournai.

Le 4 novembre, il était élu député au Congrès national, et, le 30 décembre, le gouvernement provisoire l'adjoignit au comité diplomatique. Bien que Lehon se fût en quelque sorte réservé l'examen des affaires extérieures, il prit aussi une grande part aux débats sur la Constitution.

Accrédité par le régent près du roi des Français en qualité d'envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de Belgique, Lehon remit ses lettres de créance le 19 mai 1831. Il contribua notablement à faire agréer par le gouvernement français la candidature du prince Léopold de Saxe-Cobourg. Lehon se rendit à Calais pour recevoir l'élu du Congrès à son arrivée d'Angleterre. Le 21 juillet, il assista à l'inauguration du premier roi des Belges. Léopold le confirma dans le poste d'envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de. Belgique à Paris. Le 4 août, il était solennellement reçu en cette qualité par le roi des Français.

Chargé de la négociation qui devait avoir pour résultat l'union du roi Léopold avec une fille de France, Lehon assista, le 28 mai 1832, à l’entrevue qui eut lieu au château de Compiègne entre Louis-Philippe et le roi des Belges ; le 9 août suivant, il assista également au mariage qui fut célébré dans la même résidence royale. Le roi Léopold Ier ne se montra point ingrat : par un arrêté du 15 juin 1836, il conféra à Lehon le titre de comte.

Pendant la crise de 1838-1839, lorsque la Belgique refusait de se séparer des populations du Limbourg et du Luxembourg qui s'étaient données à elle, le comte Lehon fut chargé encore une fois de réclamer l'appui de la France. Il échoua. Le 9 février 1839, il écrivait à de Theux, chef du ministère : « Je répondrai à l'appel tout particulier que vous m'avez fait en vous avouant que je ne vois qu'un seul parti à prendre, celui d'adhérer aux stipulations territoriales. » Le prévoyant diplomate sut également donner d'utiles informations à J. Lebeau, le successeur de Theux, lorsque, sous le ministère de Thiers, la France, offensée par le traité du 15 juillet 1840, se préparait à la guerre.

En 1842, le comte demanda sa mise en disponibilité et, dépouillé de l'inviolabilité attachée aux fonctions diplomatiques, il vint défier les calomniateurs qui avaient cherché à l’envelopper dans les malheurs de ­siens.

Il avait été élu membre de la Chambre des représentants pour Tournai, le 29 août 1831, et avait succombé à la dissolution de 1833. Les électeurs de Tournai lui rouvrirent la carrière politique en le nommant successivement, en 1844, conseiller communal et conseiller provincial, puis, deux ans après, membre de la Chambre des représentants. Le comte Lehon siégea au premier rang des défenseurs du libéralisme pendant les neuf années qu'il fit partie de la législature. En 1856, il prit la résolution de renoncer à la vie publique et, nommé ministre d'Etat, il alla se fixer à Paris. C'est, dans la capitale la France qu’il s'éteignit, le 30 avril 1868, à l'âge de soixante-seize ans. Aux obsèques qui eurent lieu, le 4 mai, à l'église Saint-Augustin, assistaient le personnel de la légation belge ainsi qu’un représentant de la maison de l'empereur Napoléon III.

Th. Juste.

 

INTERVENTIONS AU COURS DE LA SESSION 1830-1831 (Congrès national)

 

(00) Vérification de ses pouvoirs comme membre du Congrès (10/11/1830)

(01) Vérification des pouvoirs d’un membre du congrès. Question de nationalité (11/11/1830)

(02) Règlement d’ordre du congrès national (12/11/1830)

(03) Démission du gouvernement provisoire et proposition de proroger sa mission (12/11/1830, 13/11/1830)

(04) Forme du gouvernement de la Belgique (15/11/1830)

(05) Question de la priorité à accorder à la proposition relative à l’exclusion des Nassau et à celle relative à la forme du gouvernement (16/11/1830)

(06) Indépendance de la Belgique (18/11/1830)

(07) Exclusion des Nassau de tout pouvoir en Belgique (24/11/1830)

(08) Proposition ayant pour objet de s’occuper du projet de constitution (25/11/1830)

(09) Pétition demandant la mise en liberté des officiers hollandais de la garnison de Mons (25/11/1830)

(10) Question du sénat (16/12/1830, 17/12//1830, 18/12/1830)

(11) Retenue sur les traitements des fonctionnaires (20/12/1830)

(12) Constitution. Acquisition et perte de la nationalité (20/12/1830)

(13) Constitution. Liberté d’enseignement (24/12/1830)

(14) Constitution. Droit de réunion (27/12/1830)

(15) Constitution. Secret des lettres (27/12/1830)

(16) Budget des voies et moyens pour 1831 (28/12/1830)

(17) Communication diplomatique relative à la reconnaissance par les Puissances de l’indépendance belge (03/01/1831)

(18) Constitution. Cens électoral (06/01/1831)

(19) Constitution. Circonscriptions électorales (06/01/1831)

(20) Constitution. Conditions d’éligibilité, notamment conditions d’âge (06/01/1831)

(21) Constitution. Indemnité parlementaire (06/01/1831)

(22) Question du chef de l’Etat (Nemours-Leuchtenberg) (07/01/1831, 08/01/1831, 28/01/1831, 29/01/1831, 30/01/1831, 31/01/1831, 03/02/1831)

(23) Libre navigation de l’Escaut (08/01/1831, 15/01/1831)

(24) Constitution. Inviolabilité du chef de l’Etat et responsabilité des ministres (09/01/1831)

(25) Constitution. Droit de sanction et de promulgation des lois, droit de veto royal (10/01/1831)

(26) Indemnités pour dommages dus à la révolution (15/01/1831)

(27) Proposition tendant à déclarer faux le compte rendu du comité général du 16 janvier, donné par l'Émancipation, et consacré aux protocoles du 9 janvier 1831 (17/01/1831)

(28) Constitution. Des ministres. Conditions de nationalité et d’âge (20/01/1831)

(29) Entraves à la navigation de la Meuse (24/01/1831)

(30) Proposition tendant à protester contre toute intervention des puissances étrangères et/ou réponse au protocole du 9 janvier 1831 (24/01/1831)

(31) Protocole du 9 janvier 1831 (exécution de l’armistice) (24/01/1831)

(32) Lieutenance générale du royaume ou régence (22/02/1831, 23/02/1831)

(33) Récompense nationale aux membres du gouvernement provisoire pour services rendus (26/02/1831)

(34) Institution d’une commission diplomatique (26/02/1831)

(35) Mariage entre alliés au degré de frère et de sœur (28/02/1831)

(36) Bons du syndicat (« los-renten ») (04/03/1831)

(37) Question du choix du chef de l'Etat (Léopold de Saxe-Cobourg) et propositions annexes (25/05/1831, 28/01/1831)

(38) Préliminaires de paix (les dix-huit articles) (09/07/1831)

 

INTERVENTIONS AU COURS DE LA SESSION 1831-1832

 

(00) Vérification de ses pouvoirs comme membre de la chambre. Election non contestée (09/09/1831) (sous réserve de confirmation)

(01) Situation diplomatique générale (traité des 24 articles) (29/10/1831, 07/11/1831)

(02) Dépôt tardif dépôt des projets de budget pour les années 1831 et 1832 (03/11/1831)

(03) Rapport sur des pétitions relatives aux accusations portées par le ministre de la guerre contre un intendant militaire lors de la passage d’un marché de vivres (Brunfaut) (04/11/1831), à la vente de biens saisis de fabriques d’église (25/11/1831)

(04) Haute cour militaire (08/11/1831)

(05) Commission d’enquête sur les causes de la défaite militaire d’août 1831 (10/11/1831, 14/11/1831, 23/11/1831, 24/11/1831, 30/11/1831)

(06) Crédits provisoires pour l’exercice 1831 (16/11/1831, 17/11/1831, 18/11/1831)

 

INTERVENTIONS AU COURS DE LA SESSION 1832-1833

 

(01) Lettre de renonciation aux indemnités parlementaires (12/03/1833)

 

INTERVENTIONS AU COURS DE LA SESSION 1846-1847

 

(00) Vérification de ses pouvoirs en tant que membre nouvellement élu (12/01/1847, 13/01/1847)

(01) Législation électorale. Augmentation du nombre de députés et de sénateurs (26/02/1847, 10/03/1847), notamment inégalité du cens (campagnes-villes), lutte électorale et système des partis, caractère représentatif des élections, indépendance du pouvoir civil face au clergé (06/03/1847), fait personnel et système des partis et influence du clergé dans les élections (09/03/1847), réforme électorale (proposition Castiau) (11/03/1847)

(02) Budget du département des travaux publics. Service de l’Escaut (03/03/1847, 15/04/1847), franchise de port en faveur des membres du clergé et influence de celui-ci sur les élections (28/04/1847), poste aux chevaux (28/04/1847)

(03) Répression des offenses à la personne royale et délits de presse (25/03/1847)

 

INTERVENTIONS AU COURS DE LA SESSION 1847-1848

 

(00) Vérification de ses pouvoirs comme membre nouvellement élu (élection non contestée) (11/11/1847)

(01) Renvoi d’une pétition relative au projet d’emprunt forcé (06/04/1848)

(02) Rapports sur des pétitions relatives notamment à la loi sur la pension des ministres (14/04/1848), à la concession ferroviaire de Jurbise à Tournay (15/05/1848)

(03) Adresse en réponse au discours du trône. Confiance à accorder au nouveau gouvernement libéral homogène, incident diplomatique avec le Saint-Siège (19/11/1847)

(04) Instruction primaire et intervention du clergé dans l’enseignement (nomination des instituteurs, enseignement normal, convention de Tournay) (17/12/1847, 20/12/1847)

(05) Canal d’Ourthe et Moselle (28/01/1848)

(06) Droits sur les sucres (02/02/1848, 20/04/1848 (après-midi), 13/05/1848, 15/05/1848)

(07) Jury d’examen universitaire (29/03/1848)

(08) Chemin de fer de l’Etat (13/04/1848)

(09) Projet d’emprunt forcé. Retenue sur le traitement des ministres (22/04/1848)

(10) Cours forcé des billets de banque de la Société générale (12/05/1848)

(11) Incompatibilités parlementaires (15/05/1848, 20/05/1848 (soir))

(12) Prolongation du délai d’exécution d’une concession ferroviaire (13/05/1848, 15/05/1848)